Elle s’appelle Amalia.

Si vous avez un peu froid, cette fiction devrait vous faire très plaisir :

____________________________________________________

J’ai en tête une aventure que j’ai eu quand j’avais dix-neuf ou vingt ans. À l’époque, j’aimais déjà les filles et j’avais pour copine une nana super douée en poterie. L’été elle se faisait du fric avec la vente de ses créations. Sa mère avait une maison à sainte Baume, dans le Var. Un été, on se décide, Je tourne les objets, Marina les décore et les vend sur le port, à Cassis. Le seul truc gênant c’est la séparation. Pas moyen d’amener le tour à Cassis, je vais rester là-haut, seule avec la mère de Marina. Ma copine, italienne d’origine une superbe brune aux yeux clairs au corps magnifique me rend dingue.

Quand on fait l’amour, elle me transforme en charbon ardent !

Elle sait m’amener au septième ciel très lentement, et quand je jouis, j’explose. L’idée de rester plus d’un mois, sans elle, me gêne beaucoup. Elle aussi, mais avec ce sacrifice, on va gagner notre vie pour une bonne partie de l’année. Je m’installe donc avec sa mère dans une petite maison ancienne restaurée, complètement isolée. Bien sûr, cette femme est italienne avec un petit accent. Elle a cinquante-cinq ans, elle est restée très belle, distinguée, mince avec de longs cheveux poivre et sel, un visage fin, une peau mâte et des yeux noirs qui transpercent. Sa fille est son portrait, seuls les yeux changent.

Elle s’appelle Amalia.

Elle va s’occuper de la maison, de la nourriture et amener les poteries au four puis à Marina pour qu’elle les décore. Là-haut, avec la chaleur, je la vis peu vêtue, short et débardeur, parfois juste une culotte et un long tee-shirt. Amalia, plus pudique, porte des robes dos nu, souvent amples et légères. J’aime la regarder marcher en ondulant un peu des hanches. Elle doit encore plaire. Un matin, à peine levée, je vais prendre un bain dans le bassin au coin de la maison. Nue comme un ver, je me laisse bercer par l’eau douce et tiède.

On est là depuis huit jours et je m’entends super bien avec Amalia.

Quand elle sorte de la maison, elle porte encore une chemise d’homme, très ample, qui lui sert de chemise de nuit. Elle me voit ainsi et s’écarte pour me laisser seule. Je souris en me disant que si elle savait ce qu’il y a entre sa fille et moi, elle ne me dorloterait peut-être pas autant. Je l’appelle et l’invite à venir se tremper. Elle rit doucement, un peu gênée. J’insiste, lui tendant la main, disant que personne ne peut nous voir. Elle approche lentement, timide. J’agrippe sa main et l’entraîne. Elle tombe à l’eau, je ris, ouvre grand mes jambes et l’installe entre moi, l’entourant de mes bras.

Amalia, toujours vêtue de sa chemise se cale contre moi.

On se met à parler tranquillement, relax dans notre bain. Je sens ses seins contre mes bras, ses jambes nues apparaissent sous la chemise trempée. On reste un bon moment ainsi. Si j’osais, je l’embrasserais à pleine bouche…mais patience.

Amalia sort du bassin, la chemise colle à son corps, sa poitrine, ses hanches.

Sa culotte blanche apparaît dessus et je distingue son petit ventre intime, bombé, et l’ombre de sa toison noire. Je sais qu’elle me regarde en catimini. Pour la tester, je passe juste un tee-shirt et reste nue dessous. Il ne cache ni mes fesses, ni mon sexe. Je me fais un peu impudique.

Amalia ne veut pas paraître troublée.

Passé le petit déjeuné, il faut travailler. Je passe un short court et ample, et je m’installe au tour. La matinée passe, je pense surtout à Amalia. Plus le temps passe, plus j’ai envie. Puis c’est le déjeuner, et on s’accorde une heure de sieste. Nos chambres sont mitoyennes. Je me mets torse nu et au lit. Silence total. Pénombre. Douceur. Je somnole. Une demi-heure. Le bruit léger d’un meuble, à peine. J’ouvre les yeux. Puis un souffle, un bruit encore. Sans bruit, je me lève. La porte est poussée, je vais dans le couloir. Encore un souffle.

Dans sa chambre, Amalia est étendue sur lit, sur le dos.

La robe relevée, et sa main droite est glissée dans sa culotte. Elle a les yeux fermés et pince le bout de son sein à travers le tissu. Je ne suis pas vraiment surprise, après le numéro que je lui ai fait ce matin. Mon petit scénario coquin a dû produire en elle cette envie. Je la regarde se masturber tout en prenant soin de rester invisible. Ses doigts s’accélèrent sous le coton, elle soulève le bassin et se fait jouir en silence, bouche ouverte. Je rejoins ma chambre sans bruit.

Amalia possède encore une sexualité bien éveillée, et je me mets à m’imaginer la séduisant.

Je retourne à l’atelier, n’ayant qu’Amalia en tête. Vers le soir, elle me rejoint, m’invitant à dîner. Je prends une douche avant, enfile un chemisier que je laisse ouvert à moitié volontairement et une petite culotte rose très légère. Histoire de la perturber encore un peu plus. Amalia est vraiment belle. Elle a passé un jean blanc et un tee-shirt mauve. Je constate qu’elle n’a rien en dessous. Le bout de ses seins pointe fièrement à travers. En l’épiant discrètement, j’ai la confirmation que mon corps l’attire et j’en rajoute pour lui plaire. Après dîner j’étends un matelas de mousse sur le sol et m’allonge. Ma chemise ne cache rien en dessous de mon nombril. Je prends une pose un peu coquine, jambes assez écartées, bombant mon sexe. Cette femme, qui a l’âge d’être ma mère me fait envie et je me sens mouiller un peu.

Quand Amalia ressort de la maison après avoir rangé, elle me rejoint.

Elle sourit en me regardant, s’assied sur un transat en face de moi. On se met à parler, tout est calme aux alentours. Il fait très bon et j’invite Amalia à se mettre en maillot plutôt que de rester en pantalon. Bien sûr, j’ai ma petite idée. Elle me répond qu’elle n’a aucune envie de remonter dans sa chambre pour se changer, et choisit de se mettre en culotte puisque nous sommes seules. Elle a de belles jambes et des fesses bien faites. Pas facile quand même de l’aborder intimement. Un long moment passe. On parle. J’ai une grosse envie de lui faire l’amour.

Peut-être qu’Amalia aussi car elle me regarde avec des yeux doux.

Glisse du regard sur mon corps. Je ne peux quand même pas lui sauter dessus…. J’ai une idée : un massage de mon dos éprouvé par une semaine sur le tour, avec une huile essentielle. Bien trouvé ! Pendant qu’Amalia va chercher son flacon, je retire ma chemise et m’étends sur le ventre, la tête sur les mains. Elle arrive, sans un mot et se met sur moi à califourchon, m’enduit et commence à masser mes épaules, mon cou, mon dos. Ses mains sur ma peau rajoutent à ma fébrilité. Cette fois je mouille pour de bon.

Amalia descend vers mes reins et mes hanches en poursuivant ses mouvements de relaxation de mes muscles.

Elle me parle tout bas : “Ça te fait du bien Cécile ? Je continue ?” J’exprime mon bien être par de longs soupirs. Amalia est assise entre mes fesses et mes cuisses, je la sens contre moi. Elle aussi doit être dans tous ses états.

“Si tu veux que je te masse devant, retourne-toi.” Je ferme les yeux, bras en croix, relâchée. Amalia s’assied carrément sur mon bas ventre. Masse mes épaules sans s’attarder et lentement, commence à me caresser les seins. L’huile l’aide à glisser sur ma peau, elle me les prend à pleines mains, insistant sur mes tétons bien dressés. J’ouvre à peine les yeux, Amalia est bouche bée, le regard vague. Elle descend sur mon ventre, revient sur mes seins. Je tends un peu mon sexe en avant. J’ai une envie folle qu’elle me caresse. Juste un frôlement sur ma culotte et je pousse un long cri.

“Tu aimerais que je te masse ici aussi ma chérie ? Dis-moi, tu en as envie ?” J’ouvre les yeux et fais oui de la tête. Amalia s’accroupit, me retire ma culotte. J’écarte bien les cuisses, ses doigts huilés glisse lentement sur ma fente, du bas vers le haut. Son majeur m’ouvre, elle me masturbe lentement, me pénètre, ressort, prend mon clitoris. Je suis trempée.

Amalia se penche sur moi et me prend un téton en bouche tout en continuant de me masturber.

Je sens que je vais jouir mais je veux que ça dure. Alors, je me redresse, renverse Amalia sur l’herbe, et m’étends sur elle. Je prends sa bouche furieusement, frottant mon minou sur sa cuisse. Elle embrasse à merveille. Je remonte son maillot, caresse ses seins. Puis glisse une main dans sa culotte.

Amalia est excitée, son entrejambe est trempé de cyprine.

Je la masturbe à mon tour. On se retrouve nues, sur l’herbe, se caressant mutuellement. Puis, je me mets sur elle en soixante-neuf pour la lécher goulûment. J’écarte ses lèvres et dévore son intimité. Son vagin est très dilaté et je la pénètre de quatre doigts. Ma langue sur son clitoris en plus l’envoie au septième ciel. Elle s’exprime bruyamment puis s’effondre, comblée. Je me remets près d’elle. Je me remets près d’elle, jambes ouvertes, et tout en l’embrassant, je finis de me donner du plaisir à la main. Apaisée, on s’embrasse tendrement tout en se disant des mots doux.

C’est là qu’Amalia m’avoue que c’est la première fois qu’elle fait l’amour à une fille. Et qu’elle a trouvé le fruit savoureux !

Cette nuit-là on a dormi ensemble dans son lit et on a encore fait l’amour au petit matin. Ainsi que tous les jours qui ont suivi. Bien sur je n’ai rien dit à sa fille, mon amante. Mais depuis, je suis retournée bon nombre de fois, seule, boire à la source d’Amalia.

Une autre histoire ?

L'incarnation du magazine, avec sa propre personnalité, ses propres aventures et ses propres récits. Il est libre, ouvert et souvent incorrect. Derrière lui se cache tout.e.s les rédactr.ices.eurs qui ne veulent pas donner leurs identités lors de certaines histoires. Il est la liberté d'être ce qu'on veut à jamais : Épanoui et en train de manger des pâtes !

Leave Your Comment


© 2017 Le cul bordé de nouilles - Tous droits réservés
Design by Morgane Baisamy