Épisode #1 – Le jour où…

… J’ai trouvé l’homme de ma vie.

Voici l’épisode #1 de la série « Le jour où… » et ça se décline à toutes les sauces… L’objet de cet article est de vous partager la chance que j’ai eu de rencontrer la personne qui partage mon existence depuis plus de huit ans. Et vice versa. Il aurait pu être « elle » mais c’est dans un corps d’homme que cette âme est venue à ma rencontre et que nous avons décidé de faire un bout de chemin main dans la main.

Pourquoi parler d’amour alors que le magazine a une ligne éditoriale centrée sur la sexualité positive ? Car c’est cette personne qui m’a appris à m’aimer… un peu, MAIS c’est déjà un grand pas ! Alors rendre hommage à cette relation remplie de bonnes ondes donnera peut-être envie à certain/e/s lecteurs/rices de passer le pas quand ce type d’individus entre dans leur existence.

Comme vous le savez déjà, pour celles et ceux qui ont lu mon précédent article sur l’estime de soi, la relation que j’entretiens avec mon corps n’est pas folichonne. Ou plutôt, j’ai accepté le fait que s’aimer continuellement était un combat perdu d’avance et que j’avais le droit de ne pas être en phase avec lui 24h sur 24, 7 jours sur 7. Pourtant, il y a une dizaine d’années, je n’étais pas encore dans cette construction mentale et encore moins il y a vingt ans…

Retour sur les origines

Quand j’ai rencontré « ma moitié d’orange », je sortais d’une période de deux ans d’abstinence sexuelle. DEUX ANS ! Même un peu plus… 29 mois. Pourquoi ? Car suite à deux ruptures très compliquées consécutives et une expérience sexuelle qui m’a fait prendre conscience que je n’avais plus envie que l’on me touche, je me suis dit . »Stop. Tu n’as pas envie de laisser entrer des inconnus dans ta sphère intime ? Ok. Accepte-le et ne t’oblige plus à rien. ». Et je l’ai tenu. Sincèrement, ça n’a pas été compliqué pour moi, mais plutôt pour mes ami(e)s, qui se demandaient si je ne tombais pas dans une sorte de dépression ou autre. Donc la pression que je ressentais à devoir réactiver ma vie sexuelle et amoureuse ne venait pas de moi. UNE FOIS DE PLUS ! C’était bienveillant de leur part. Néanmoins, moi, je ne me sentais pas prête. J’étais cassée. Brisée. Et cette longue période de deuil puis de jeûn m’a permis de digérer mes précédents échecs amoureux.

Mais lors d’un froid après-midi de fin janvier 2014, nous nous sommes croisés et nous avons vécu ce que l’on pourrait appeler communément un coup de foudre. Il était tout ce que j’imaginais, aussi bien dans son comportement que physiquement. Tout était instinctif chez lui et, pour la première fois, je me sentais belle à ses côtés. Parce qu’il me le disait régulièrement, il me le faisait ressentir, il me partageait ce qu’il voyait en moi. A travers son regard, ma propre perception a commencé à changer, à évoluer vers quelque chose de plus sain. En lui, j’ai trouvé une sorte de résonance qui a provoqué un espèce d’équilibre en moi.

Et vice et versa

Alors, bien entendu et comme dans toute relation (du moins, en mon sens), il y a une réciprocité. Avec moi, il a trouvé la force de croire en lui même si ce n’est pas facile tous les jours, d’avoir plus confiance en son être, d’aller vers des voies qu’il n’aurait pas pu imaginer avant. Cela aurait pu être avec une autre mais non. Notre lien est profond et nous l’affinons jour après jour pour le renforcer encore et encore. Chaque jour, je me dis que j’ai de la chance que nos routes se soient entremêlées pour n’en former qu’une. Et ça durera le temps que ça durera. 

En conclusion, je voulais mettre en avant cet aspect relationnel, car c’est important de parler des expériences positives. Il y a eu des articles sur des liaisons toxiques et destructrices.

Aujourd’hui, je vous ai confié un de ces apprentissages qui m’a servi à évoluer et à m’épanouir un peu plus dans mon quotidien.

Y a-t-il réellement quelque chose à dire ? Depuis plus de 25 ans, je suis plongée dans mon propre univers. Un univers qui s’est construit au travers de nombreuses heures à lire, allongée sur mon lit, dévorant page après page des romans de tout genre. Un monde qui s’est bâti au fil des milliers de lignes écrites, que ce soit pour digresser sur mon quotidien ou lui échapper. Écrire est une partie de mon corps, de mon cœur et de mon âme. Une passion qui a su prendre son envol par le biais d’autres passions, telles que le jeu de rôle, le cinéma ou encore la lecture.

Leave Your Comment


© 2017 Le cul bordé de nouilles - Tous droits réservés
Design by Morgane Baisamy