Un kebab, deux téquilas et un inconnu – 2ème Partie

leculbordédenouilles-magazine

Le Cul bordé de Nouilles Magazine vous propose aujourd’hui une fiction qui sent bon l’été et l’ambiance frivole qui y règne. Cela parle d’ami.e.s, d’un verre de trop, d’un kebab sauveur et, bien-sûr, d’une rencontre inoubliable.

La première partie, c’est par !

________________________________________________________________________________

“Je savais qu’on se recroiserait ce soir…” 

Lorsque qu’il me retrouve dans les toilettes, je ne sais plus quoi dire. Il me fait perdre pied au point d’être muette face à lui. Un de mes genoux se met à trembler, j’ai l’impression d’être novice. Je reste dos à lui et lui fais comprendre que je l’attendais. 

Son souffle dans mon oreille me donne des frissons.

Pendant qu’il pose ses mains sur mes hanches, appuie son sexe contre mes fesses, je ne peux détacher mes yeux de son reflet dans le miroir. Déstabilisée par sa beauté, et sa manière de prendre les choses en main, je souhaite qu’il ne fasse qu’une bouchée de moi. Il commence à prendre mes seins dans ses mains et l’une d’elle passe sous mon soutien-gorge. J’adore sa façon de prendre son temps et de presser mon mamelon. Mon souffle s’accélère, le bas de mon ventre se crispe et mon bassin dessine des mouvements de balancier, tandis que je sens sa braguette se coller au creux de mon dos.

Il accélère la cadence et remonte ma robe.

Ses mains attirent légèrement mes hanches vers lui, m’incitant à me cambrer. Je regrette de ne pas avoir prévu de talons à ce moment-là … Je ne suis plus face au miroir, et j’entends juste sa braguette se baisser. Je tends la main par curiosité, excitée de savoir ce qui m’attend. Il m’attrape et pose mes doigts sur son gland. Il mouille déjà. Ça me rend dingue. Je le prends à pleine main et place sa bite dressée à l’entrée de ma chatte. Bite sur laquelle, il a pris le temps de dérouler un préservatif.

Il pose sa main droite sur le rebord du lavabo et l’autre tient toujours ma hanche. Il s’enfonce en moi et c’est alors que je vis le moment le plus excitant qui soit. Pouvoir être surpris n’importe quand par un client du bar, que le bruit de mes fesses claquant contre sa peau résonnent.

J’aime tellement sentir son sexe en moi, mon souffle haletant, mes gémissements, et sa respiration de plus en plus forte, forment le combo parfait. Mes mains serrent le robinet, qui tremble à chaque aller-retour. Ses doigts s’enfoncent dans ma chair. Je me fie à son tempo pour deviner quand il va jouir et me permettre de venir en même temps que lui.

Son souffle devient plus fort et il y mêle sa voix.

Il est en train de jouir. 

La musique assez bruyante me porte à croire que je ne suis pas obligée de retenir mon orgasme entre mes lèvres pincées. J’explose en crescendo, c’est tellement bon. Le temps de se rhabiller et de s’adresser un sourire gêné, on sort discrètement. Personne ne semble nous avoir remarqués. On se quitte là, sur un souvenir intense.

J’en tremble encore.

Article écrit par @strawb.erotic

L'incarnation du magazine, avec sa propre personnalité, ses propres aventures et ses propres récits. Il est libre, ouvert et souvent incorrect. Derrière lui se cache tout.e.s les rédactr.ices.eurs qui ne veulent pas donner leurs identités lors de certaines histoires. Il est la liberté d'être ce qu'on veut à jamais : Épanoui et en train de manger des pâtes !

Leave Your Comment


© 2017 Le cul bordé de nouilles - Tous droits réservés
Design by Morgane Baisamy