Un kebab, deux téquilas et un inconnu – 1ère Partie

téquila-leculbordédenouilles-magazine

Le Cul bordé de Nouilles Magazine vous propose aujourd’hui une fiction qui sent bon l’été et l’ambiance frivole qui y règne. Cela parle d’ami.e.s, d’un verre de trop, d’un kebab sauveur et, bien-sûr, d’une rencontre inoubliable.

________________________________________________________________________________

Voilà quelques jours maintenant que les terrasses ont rouvert, et je n’ai pas encore été faire un tour en ville. En même temps, j’ai vraiment la flemme de courir après une place et de tourner en rond au risque de croiser quelqu’un que je connais, genre ex-date Tinder qui a laissé un mauvais souvenir.

D’un autre côté, ce serait pas mal que je trouve la motivation d’aller rejoindre mes ami.e.s déjà posés au bar.

“Mince on est samedi soir, bouge-toi meuf !”

Bon, maintenant, c’est l’étape cruciale. C’est parti pour faire un tour dans l’armoire… C’est choisi ! Le combo robe-sneakers ne loupe jamais. Je file en ville, évidemment encore a la bourre, je vais arriver toute rouge et essoufflée au bar.

“Je suis arrivée ! Où êtes-vous ?”

Mention honorable à mes amis qui ne répondent pas à mes messages et me font vivre le meilleur moment d’une arrivée après 18h00, un samedi, sous un merveilleux temps : passer dans un centre-ville bondé. Je me serais cru dans Koh Lanta sauf que je n’avais pas de machette, et que les fougères, c’était des gens.

Après un sms de réponse d’une de mes amies, et ma traversée sauvage dans la forêt humaine, me voilà enfin arrivée auprès d’eux. On commande quelques bières, et au bout de la deuxième tournée déjà, me voilà enivrée par les effluves d’alcool. J’avais oublié cette sensation, ça fait du bien. Et j’avais aussi oublié de manger avant, quelle idiote ! Après 3 verres, le kebab d’en face me fait de l’oeil.

“Mmh, trop bon !”

Incroyable comme n’importe quel aliment devient délicieux dès qu’on a un peu trop d’alcool dans le sang. (Ndr: AVEC MODERATION!)

Merci monsieur le maître kebabier pour l’orgasme culinaire ! Bon par contre, je ne sais pas du tout manger ce truc. Il semblerait que le gars sur la terrasse en face de moi s’en soit rendu compte également.

Pourquoi il me regarde celui-là, je déteste ça quand je mange en plus. Bref, je continue de dévorer mon … Oh putain, je viens de faire tomber un bout par terre, la honte ! Pitié, faite que quand je vais relever la tête, il ne me regarde pas …

Loupé ! Forcément ! Puis la sauce autour de la bouche, c’est top, on adore ! Punaise … En plus il est vraiment mignon ce con. Et son sourire là, aïe aïe.

Après, je préfèrerais qu’il sourit pour autre chose que pour se moquer de ma maladresse. Voilà qu’il se lève, qu’est-ce qu’il fait ? Oh non, il s’en va. Cela m’agace. De toute façon avec la chance que j’ai, soit il n’est pas de la région, soit il est en couple.

Mais.. oh mon Dieu il vient vers moi !

Je me mets à rougir.

“Il est bon ce kebab ?”

C’est limite si je ne m’étouffe pas en lui répondant niaisement. Il me propose un shot. J’accepte avec plaisir. La discussion est cool et son regard sur moi me fait rougir, encore. Il me donne chaud, je sens que je pourrais céder a sa moindre proposition. Mais je suis venue pour profiter de mes amis. Alors, Après 2 tequilas paf’, on retourne chacun vers notre table. Mais nous savons lui et moi qu’on se recroisera un peu plus tard ce soir.

22h19, les rires et les verres s’enchaînent, nos discussions m’avaient manquées, et eux aussi.

Ma pote file au bar et je propose de l’accompagner, dans l’espoir de recroiser Monsieur joli sourire. Je le cherche, mais impossible de le trouver. Serait-il parti sans me dire au revoir ? J’aurais dû lui sauter dessus, l’embrasser, son parfum m’obsède. Après mon coup d’œil très peu discret, je me dirige vers les toilettes, pour me passer un peu d’eau sur la nuque. L’eau fraîche me surprend, mais ne me ramène pas pour autant sur terre, mes pensées divaguent encore sur ce que j’aurais dû faire avec lui, pour lui donner envie de me revoir.

“Je savais qu’on se retrouverait ce soir…”

Ok, j’hallucine, il est juste là près de moi, tout s’emballe dans ma tête. Je relève la tête face au miroir, fixant son reflet et lui souris. J’ai envie de lui. Je me retourne, et avant même de pouvoir l’embrasser, je sens son bassin se plaquer contre le mien. Suis ce que j’ai fantasmé quelques minutes plus tôt, il m’embrasse …

(Bientôt la suite !)

Rédigé par @strawb.erotic

L'incarnation du magazine, avec sa propre personnalité, ses propres aventures et ses propres récits. Il est libre, ouvert et souvent incorrect. Derrière lui se cache tout.e.s les rédactr.ices.eurs qui ne veulent pas donner leurs identités lors de certaines histoires. Il est la liberté d'être ce qu'on veut à jamais : Épanoui et en train de manger des pâtes !

Leave Your Comment


© 2017 Le cul bordé de nouilles - Tous droits réservés
Design by Morgane Baisamy