Jouissance au bord du lac

jouissande-au-bord-du-lac-LCBDN

Il est 11 h du matin et je m’en vais me balader. À mon habitude, je sors de la maison louée pour la semaine, en maillot de bain. Je prends mon livre “Les exploits d’un jeune don Juan” de Guillaume Apollinaire, des écouteurs, une petite bière et une serviette.


J’arrive à mon spot préféré, mais la place est déjà prise par deux hommes.
Je décide donc d’aller un peu plus loin afin d’être au calme.
J’ouvre mon livre et je commence à m’évader.

“Je verrouille la porte et me mis tout nu. Puis, je lui écartai les cuisses. Elle a entrouvert les yeux.

– Babette, dis-je, en fourrant trois doigts dans son con, tu es ma petite chérie, regarde comme je bande”

À peine, ai-je lu ces mots que je dégouline.

Je pose mon livre, je m’assois en tailleur, je sors un joint que j’avais déjà roulé que j’allume tout en titillant doucement mon clitoris.
Le soleil tape, j’ai chaud et plus je me touche plus je chauffe.
Je me lève, enlève mon maillot de bain pour aller me baigner dans l’eau fraîche.


L’eau est froide, je peine à rentrer.
Je m’allonge sur le dos et je me laisse flotter j’écarte les jambes pour sentir les petites vagues sur mes lèvres et mon clitoris.
M’amusant avec les vagues, je ferme les yeux et je m’imagine recevoir un cunnilingus puissant, je sens mon clitoris gonfler et je commence à avoir des spasmes.
Je suis à la limite de jouir mentalement, mais j’ai besoin de physique.
J’inspire et expire calmement, à cause la respiration, je sens que mon vagin se resserre de plus en plus, que mon clitoris devient plus dur.
Les yeux ouverts, je ne peux plus bouger.


Je vois les deux hommes nus debout dans l’eau tout près de moi me regarder. Leurs désirs se sentent dans leurs regards. Je me retourne et m’en vais nager puis je reviens les voir.
L’un d’eux me lance :


“Tu étais en train de jouir là non ?”

Avec un rire timide, je réponds.

“Jouir, je ne dirai pas ça, mais j’appréciais mon plaisir. Et vous qu’est-ce que vous faites nues dans l’eau ? J’ai cru vous apercevoir, vous étiez en maillot de b…”


Je n’ai même pas le temps de terminer ma phrase que l’autre gars me dis sur un ton bien gras.

“On s’était dit qu’on pourrait peut-être venir te pénétrer.”


Je rigole et m’écarte.

J’attends un petit peu, je réfléchis, j’ai la chance d’avoir deux hommes voulant me faire plaisir face à moi, je suis dans cette campagne paume et ma seule personne qui m’a fait jouir jusqu’à présent c’est ce cher Guillaume Apollinaire.
Donc d’un ton timide, je lance.

“Non mais attendez ! J’ai un jeu à vous proposer ! Je vais vous laisser à chacun d’entre vous 5 minutes pour me faire un cunnilingus, celui qui me fera le meilleur cunnilingus pourra me prendre dans la position de son choix, l’autre pourra se branler en nous regardant.”


Je les vois se faire des messes basses.

Mes yeux brillent, je n’arrive pas à croire que j’ose faire ça.

Nous retournons tous les 3 vers ma serviette.

“Qui commence ?”


Je m’allonge sur le dos, et j’invite le premier à venir me combler.
Il me touche les pieds, les mollets, mes cuisses et me les écartent, il empoigne fortement mes fesses sur le côté ce qui fait que mes lèvres s’écartent et il peut apercevoir ma vulve.
Ensuite, je le sens se baisser, je sens son souffle chaud sur mon clitoris, avec l’une de ses mains, il laisse mon clitoris se découvrir et je le sens arrivé avec sa langue, d’un coup d’un seul je laisse sortir un cri sortir de ma gorge.
De ses deux mains, il serre mes fesses et commence à jouer avec sa langue à jouer avec mon clitoris, ma vulve et mon anus. Mouillant de plus en plus, je sens que je coule.


Je me relève un tout petit peu afin de pouvoir l’observer et je vois le second homme nu, qui se caresse tout en nous regardant.
Je jouis, je le sens m’insérer un doigt tout en continuant à jouer avec sa langue à me mordiller à souffler sur ma vulve, je jouis de plus en plus, mais 5 minutes sont passées, il doit donc s’arrêter.
Me relevant sur les genoux, je mets un coup de langue de ses testicules jusqu’à son gland. Je le regarde profondément dans les yeux puis, je m’arrête.

J’appelle le second à venir.

En une fraction de seconde, je me retrouve en levrette avec lui en train de me lécher et d’embrasser mon con. Je sens une de ses mains venir m’agripper la cuisse droite, il glisse jusqu’à me mettre 3 doigts d’un coup, je pousse un cri qui se fini dans un soupir. Je regarde plus haut et je peux voir le premier face à moi jouir.
J’appelle le second à me pénétrer, il enfile un préservatif, il titille mon clitoris de sa main droite. Tandis qu’il m’agrippe de sa main gauche et me pénètre très lentement, je vibre, je n’arrive plus à contrôler mes muscles. Je suis en sueur et ne fais qu’avoir des spasmes. Au moment où je sens un orgasme profond entier, je sens mon vagin se resserrer de plus en plus, je jouis et n’en peu plus je ne peux plus bouger, il sort de mon corps.


Je me retourne, je m’allonge, j’ai un sourire qui ne peut s’arrêter, j’ai des spasmes. Je ferme les yeux deux minutes puis me relève.
Finalement je les remercie et je m’en vais légère retourner à la maison.

C’est un bel été qui commence.

Iris-IMDA

Une autre fiction qui fait du bien là où c’est chaud ?

L'incarnation du magazine, avec sa propre personnalité, ses propres aventures et ses propres récits. Il est libre, ouvert et souvent incorrect. Derrière lui se cache tout.e.s les rédactr.ices.eurs qui ne veulent pas donner leurs identités lors de certaines histoires. Il est la liberté d'être ce qu'on veut à jamais : Épanoui et en train de manger des pâtes !

Leave Your Comment


© 2017 Le cul bordé de nouilles - Tous droits réservés
Design by Morgane Baisamy