En toute intimité #4

leculbordedenouilles-portraitintime

Dans la société actuelle, la sexualité peut encore être un sujet tabou. Ce magazine a pour but de pouvoir en parler en toute liberté et sans jugement. Après tout, le sexe est quelque chose de naturel, que nous pratiquons tous depuis la nuit des temps. Sinon nous pensons que nous ne serions pas aussi nombreux sur Terre.

Dans le Cul bordé de Nouilles Magazine nous parlons de ce sujet avec bienveillance, nous partageons nos expériences, nous oublions nos complexes et nous ouvrons notre esprit. Nous avions envie de vous présenter des portraits intimes ou chaque participant a répondu en toute sincérité à différentes questions.

Intimité, chaleur et douceur au rendez-vous :

________________________

Comment vis-tu ta sexualité ?

Je la vois comme quelque chose de très important, un état d’être fort et puissant. Notre sexualité dit beaucoup de choses de nous-même. J’ai envie de dire donc que surtout à partir d’aujourd’hui du à mon histoire de vie, je ne veux plus vivre ma sexualité à la légère. Les coups d’un soir, Tinder, tout ça, bof. Après je ne suis pas fermée, il est possible de passer un moment magique avec une personne sans la connaître, juste parce que sur le moment l’envie est là et qu’on sent que ça va le faire. Tant qu’il y a du respect, de la bienveillance et l’envie mutuelle de se faire du bien. Go !

Te sens-tu à l’aise avec ton corps au moment de l’acte ?

Oui je me sens plutôt à l’aise mais je sais que je ne me sens pas encore tout à fait libérée. Parfois, je me dis qu’il y a certaines positions où mon corps n’est pas à son avantage. Mais tout ça dépend tellement du partenaire et de la relation que l’on a avec lui.

As-tu confiance en toi au lit ?

De façon générale, oui, je peux m’abandonner à mes envies assez facilement si je le sens bien.

Un mot pour décrire ta sexualité aujourd’hui ?

En ce moment je dirais « en berne », car je me sens tantôt entre la frustration, le manque et une non envie suite à une rupture et une histoire d’amour qui a été magnifique et très dure en même temps.

Aimes-tu te satisfaire tout.e seul.e ? Quel est ton ressenti par rapport à ça ?

Oui me satisfaire est un moment privilégié, une soupape parfois. Une exploration, un moment d’amour avec soi. Mais je préfère mille fois la sexualité à deux.

L’autre chose qui me vient, c’est mon rapport à l’imaginaire et ma capacité à me donner du plaisir. Parfois, je suis incapable de m’offrir un orgasme sans mettre en route une vidéo porno. Cela m’énerve quand mes propres fantasmes ne suffisent pas et cela me questionne beaucoup.

Quelle est, selon toi, l’importance du sexe dans le couple ?

Pour moi une importance gigantesque !!! C’est un tel moment d’ouverture à l’autre, une communication sans mot, fine, pleine, où la tête se tait. Le corps parle et il dit tellement de choses pendant l’acte. C’est aussi une manière d’apprendre à connaître son partenaire, ainsi que soi-même et aussi une sorte d’indicateur pour jauger l’état d’esprit de l’autre ou le sien propre. Le sexe dans le couple est un catalyseur. Il permet de renforcer une belle complicité ou à l’inverse de la faire naître. C’est pour moi l’une des plus belles choses qu’il puisse exister, une sexualité épanouie avec l’être aimé.

Quelle est ta plus longue période d’abstinence ? Comment l’as-tu vécu ?

Il se trouve que j’étais en couple il y a quelques années avec une personne pour qui j’éprouvais beaucoup d’amour sans pour autant ressentir une attirance sexuelle. Dur à vivre, surtout au bout de 2 ans, je ne ressentais plus rien physiquement, si ce n’est le besoin d’affection. Cette relation a duré un peu moins de 5 ans. Alors pendant presque 3 ans, quasi plus aucune relation sexuelle. J’ai cru que j’allais devenir folle. Mes envies me dépassaient complètement et parfois la nuit, je me levais pleine de frustration et pleurait à n’en plus finir. Je ne voulais pas aller voir ailleurs. Je croyais pouvoir surmonter cela, je croyais que j’avais un problème, aimer sans être attirée, comment est ce possible ? Et puis un sursaut, mon corps me parlait de plus en plus et puis ma vision a changé. J’ai quitté cet homme et suis parti en sexploration haha !

Est-ce que, pour toi, le sexe apporte une sorte de bien-être ?

Ce n’est pas le sexe en lui-même qui apporte du bien-être, mais le bon sexe, comme je l’ai dit plus haut. Un moment qui nous permet de nous libérer et de ressentir un maximum de plaisir et la joie d’en donner.

Est-ce pour toi le sexe est indispensable ?

Pour moi oui. Mais, je comprends que cela ne puisse pas être le cas pour tout le monde. C’est une question de sensibilité et de vécu aussi.

Quelle est selon toi la fréquence idéale des rapports ?

Il n’y a pas de fréquence idéale. Faire comme on le sent en fonction de ses envies rien de plus.

Selon toi, l’attirance sexuelle doit être entretenue ou spontanée ?

Les deux, mais je crois qu’elle s’entretient toute seule de toute façon lorsqu’il y a beaucoup de dialogue dans le couple. Quand je pense au fait d’entretenir l’attirance sexuelle, je vois cela plutôt comme le fait de laisser libre cours à sa créativité, pas forcément le fait de trouver un stratagème pour attiser la flamme. Il y a un grand lien entre sexualité et amusement.

Quel est ton plus grand fantasme ? L’as-tu déjà réalisé ? Qu’as-tu ressenti ?

Faire l’amour avec une femme et l’homme que j’aime. Mais je ne l’ai pas encore réalisé.

Quel est ton premier souvenir sexuel ?

Je devais avoir autour de 9 ou 10 ans. À cette époque j’aimais sortir de ma chambre tard le soir, une fois que mes parents étaient couchés, et allumer la télé.

Un soir, je suis tombée sur le film l’Amant de Jean-Jacques Annaud. Wow. Les scènes de sexes m’ont bouleversées. C’est la première fois de ma vie que je ressentais de l’excitation. À la suite de ce film, je suis partie à la découverte de mon corps accompagnée par toutes les images du film qui m’ont fortement imprégnées. Et très vite, j’ai su me donner du plaisir !

Comment trouves-tu ton sexe, quelle est ta relation avec lui ?

Je le trouve beau et on me dit souvent qu’il est beau, ce qui ajoute de la confiance.

Depuis l’année dernière, je sais que je suis porteuse du virus de l’herpes génital. Quand vous vivez votre première crise d’herpes, votre sexe est méconnaissable, c’est extrêmement douloureux et psychologiquement c’est très dur. On se sent un peu seule au monde parce qu’il y a assez peu d’information sur le sujet (voire des informations contradictoires). J’avais l’impression que mon monde s’écroulait…. Je n’ai plus refait de crise, mais me sachant porteuse, je porte une attention très particulière à l’état de mon sexe. Le moindre ressenti peut m’alerter et la peur de la crise peut se faire sentir. Quelque part cela m’oblige à le regarder très souvent et donc à en prendre soin.

Si ta sexualité était une musique, laquelle serait-elle ?

Trop dur de choisir, car cela dépend de mon état haha ! Shine On Your Crazy Diamond des Pink Floyd. Une musique avec des variations de rythme, en tout cas !

D’autres portraits ?

L'incarnation du magazine, avec sa propre personnalité, ses propres aventures et ses propres récits. Il est libre, ouvert et souvent incorrect. Derrière lui se cache tout.e.s les rédactr.ices.eurs qui ne veulent pas donner leurs identités lors de certaines histoires. Il est la liberté d'être ce qu'on veut à jamais : Épanoui et en train de manger des pâtes !

Leave Your Comment


© 2017 Le cul bordé de nouilles - Tous droits réservés
Design by Morgane Baisamy