Plaisir virtuel – 1ère Partie

plaisir-virtuel-leculbordédenouilles-magazine

Notre époque, celle du plaisir virtuel, nous permet de faire des rencontres virtuelles, c’est agréable. Mais après le traditionnel “Salut, ça va ?”, il se passe quoi ?

Cette fiction, en plusieurs parties, va vous donner un petit aperçu. Préparez des culottes de rechange, les choses vont devenir humides.

_______________________________________________________________

Vendredi, 19h.

Je n’ai rien de prévu, je tourne en rond dans l’appartement. Je décide de me poser et d’ouvrir une bonne bouteille.

Le téléphone dans une main, la souris dans l’autre, j’ouvre YouTube et je lance ma Playlist, ainsi que … Tinder ! Comme dès que je m’ennuie, les swipes to the left s’enchaînent, je désespère peu a peu. C’est toujours pareil, impossible de trouver quelqu’un qui me plaît.

Au fur et à mesure des musiques et des gorgées, je revois mes critères de sélection et me laisse prendre au jeu du “et pourquoi pas, si ça se trouve.”

Puis me voilà sur le profil d’un inconnu. Aucune photo de lui, hormis de paysages, d’un magnifique voilier en mer, et d’un pilote dans un avion de chasse. Je ne sais pas pourquoi, peut-être était-ce à cause du goût sucré de fruits rouges sur mes lèvres, ou de la lassitude de ne swiper que d’un côté, mais me voilà a matcher avec cet inconnu qui, je le sais, ne me conviendra pas.

Il me devance et me demande si j’ai lu sa description. Ah oui, c’est vrai, ce serait bien que je lise ce que les gens se donne la peine d’écrire.

@elob_drawing

Mmh. 29 ans, parfait, marié, très bien, libertin, intéressant, à 200kms,aïe.

Un peu plus compliqué à gérer quand j’aurais envie qu’il me prenne dans la minute. Bref, on commence à échanger et très rapidement il me fait comprendre qu’il est avide de sexe, que son appétit sexuel est trop grand pour sa femme, et qu’il a besoin d’être l’amant de plusieurs femmes pour être totalement satisfait. Ma curiosité prend le dessus et je ne peux m’empêcher de lui demander quelles ont été ses expériences, ce qu’il aime faire aux femmes, quelles sont les règles instaurées dans leur couple et les limites à ne pas franchir.

Voilà 3 jours que nous échangeons, de tout, de rien, de ses expériences et des miennes. Je trouve cette situation intéressante, mais les détails qu’ils me donnent ne me font pas grand effet.

Je suis plus excitée par le fait de ne pas savoir à quoi il ressemble.

Pouvoir avouer mes fantasmes a un inconnu, m’imaginer son visage suivant mes goûts, ça me plaît. Entre 2 échanges complices, on parle de nos métiers respectifs, on se questionne sur des choses courantes et futiles. Puis le voilà insistant sur je ne sais plus quelle idiotie, et je sens que ma patience flanche. Il m’énerve et je commence à lui dire, désagréablement. C’est alors qu’il me répond, sèchement. Le ton doux et bienveillant qu’il utilisait avec moi devient impatient, et presque agressif.

Étrangement, cela m’excite.

@elob_drawing

J’aime le fait qu’il me domine par les mots, et pour la première fois depuis le début de notre discussion, je ressens les picotements que j’attendais. J’ai envie qu’il me prenne. Sur ma chaise, au bureau, je me sens excitée et j’ai envie de me faire jouir. Il me frustre. Je lui raconte et on partage notre envie de plaisir solitaire, mais lui peut se masturber. En réalité, je l’envie d’être en télétravail.

Je veux voir son sexe, m’imaginer le prendre dans ma main, puis dans ma bouche, le goûter. L’excitation m’envahit, j’ai presque mal de ne pas pouvoir me faire jouir alors que je ne tiens plus en place sur mon fauteuil de bureau. Il m’achève alors en m’envoyant une photo de son sexe, dur. Je ne trouvais rien d’excitant à l’idée de recevoir un sexe en photo, sans contexte, mais là je désirais voir sa bite plus que jamais. Elle est belle, grande, bien raide juste pour moi, le gland légèrement rouge, sûrement dû à ses va-et-viens en solo. Je m’imagine son sexe me pénétrer. J’aime tellement cette sensation, la première pénétration, lorsqu’on sent la verge de notre partenaire s’enfoncer totalement en nous. Le recouvrir de cyprine, savoir qu’il est bien, au chaud, serré. Un réel plaisir.

Je dois me changer les idées, impossible de me concentrer sur le travail. Je mets un terme à la conversation et reporte la séance à plus tard.

Rédigé par @strawb.erotic
Une autre fiction ?  

L'incarnation du magazine, avec sa propre personnalité, ses propres aventures et ses propres récits. Il est libre, ouvert et souvent incorrect. Derrière lui se cache tout.e.s les rédactr.ices.eurs qui ne veulent pas donner leurs identités lors de certaines histoires. Il est la liberté d'être ce qu'on veut à jamais : Épanoui et en train de manger des pâtes !

Leave Your Comment


© 2017 Le cul bordé de nouilles - Tous droits réservés
Design by Morgane Baisamy