La nymphoplastie, c’est quoi ?

Aujourd’hui, nous avons la chance de vous présenter une merveilleuse femme, qui a voulu personnellement nous parler d’un sujet qui lui  tenait à coeur. Voici Elody, jeune maman de 27 ans, qui pour des raisons de mieux être, a décidé de faire une nymphoplastie. Elle est venue en parler pour faire connaître cette chirurgie qui peut aider beaucoup de femmes.

Peux-tu m’expliquer pourquoi as-tu décidé de subir cette intervention et pourquoi maintenant ?

J’ai voulu faire cette opération suite à cette gêne incessante qui peut parfois générer quelques douleurs : tel que le frottement dans le fond de la culotte ce qui m’a valu énormément d’infection urinaire mais aussi des douleurs lors des ébats sexuels pendant la pénétration (les petites lèvres peuvent alors rentrer en même temps que le sexe de son partenaire.) Cette malformation m’a été très longtemps un complexe et ça jouait sur ma vie sexuelle. Impossible pour moi d’envisager un cunnilingus et parfois pendant l’acte mon conjoint était obligé de s’y reprendre à 3 fois pour pouvoir me pénétrer sans douleur ; il y a même des fois ou je me suis tue pour ne pas casser le rythme de l’action. Inutile de vous préciser que tout cela se faisait dans le noir pourtant cela fait 7 ans que je suis avec mon homme, je pensais que plus les années passeraient moins mon complexe serai présent mais c’était sans compter mes deux accouchements qui ont accentué la taille de mes petites lèvres dépassants. Je pense que c’est ce dernier qui m’a poussé de l’envie à la salle d’opération après 8 ans de calvaire et de libido proche de 0.

Pourquoi “8 ans” ?

8 ans parce qu’avant je pensais que c’était normal que toutes les filles étaient comme ça et qu’elles faisaient toute face à cette gêne. Et puis j’ai commencé à parler sexe avec mes copines et je me suis vite rendu compte que quelque chose clochait.

Cela a eu une influence sur ta libido ?

Oui ma libido a bien baissé à cause de la douleur, avec cette douleur ou même la peur d’avoir mal je n’arrivais presque pas à ressentir de plaisir. Je faisais l’amour uniquement pour mon homme.

Et comment as-tu entendu parler de cette opération ? Qu’elle a été la marche à suivre ?

Je n’en ai pas entendu parler c’est en cherchant des femmes comme moi sur internet que je suis tombé sur une photo avant/après une nymphoplastie. Après cette découverte je savais que je le ferai un jour mais la peur de l’opération et la “honte” de demander des renseignements au corps médical repoussait toujours l’échéance. Après mon 2ème accouchement, je voyais assez souvent mon gynécologue ce qui favorisait le dialogue j’ai alors osé lui en parler. Il m’a expliqué les détails de l’opération m’a confirmé qu’elle était remboursée par la sécurité sociale puis ma fixé un rendez-vous 2 semaines après !!

Elle est remboursée dans tous les cas ?

Alors sur internet j’avais vu qu’elle était entièrement remboursée que lorsque les petites lèvres dépassaient une certaine taille mon gynécologue m’a dit lui qu’elles étaient quasiment toutes remboursées intégralement et que lorsque ce n’était pas le cas cela venait juste du fait des honoraires élevées de certains praticiens

D’accord. Du coup comment s’est passé l’opération ?

L’opération se passe sur la journée, comme avant toute opération on nous demande au préalable de nous laver à la bétadine le soir et le matin du jour J. Je suis rentrée dans la chambre d’attente à 7h ou une infirmière m’a demandé si j’étais bien à jeun et m’a fait remplir un questionnaire. C’était ma première opération. A 10h on est venu me chercher, on m’a mis une perfusion qui servait à m’hydrater puis poser le masque d’anesthésie générale. L’opération à apparemment durer 1h30 mais je me suis réveillée qu’à 13h.

En quoi consiste l’opération ?

Elle consiste à couper en triangle ce qui dépasse et recoller les morceaux coupés ensembles ce qui facilite la cicatrisation ainsi plus rien ne dépasse et la lèvre prend une forme arrondie.

Quels sont les risques ?

Bizarrement il n’y en a pas dû à l’acte chirurgical lui-même le risque est plus dû à l’anesthésie général et bien sûr de tomber sur un mauvais docteur. Je pense que c’est ce qui fait le plus peur que ce soit encore pire qu’avant mais c’est finalement une opération bénigne et simplissime pour les gynécologues qui les pratique

Et après l’opération comment ça s’est passé ?

Le réveil s’est fait tout en douceur, j’étais calme, reposée mais je pense que la douleur ne s’est pas réveillée en même temps que moi. Au bout de 30min j’ai commencé à la sentir, pendant une heure c’est assez intense ça brule ! L’infirmière passe vérifier la tension, nous donne des calmants et vérifie les saignements. La douleur est toujours présente mais s’atténue au fils des heures peut être grâce aux médicaments. A 17h j’ai pu sortir, il faut prévoir quelqu’un qui vienne vous chercher, il est interdit de prendre le volant après une anesthésie générale. J’ai demandé de l’aide pour la soirée à une amie pour me garder les filles et j’ai bien fait parce qu’on se sent bien fatiguée et que quelques mouvements sont tout de même à éviter. Les 15 prochains jours ont été compliqués ça tire ça brule, c’est gênant (surtout pour les escaliers) c’est tout enflé. Au bout de ces 15 jours mon gynécologue m’a retiré les fils j’en avait 3 résorbables et 3 non résorbables car plus profonds. J’ai eu très mal surtout qu’il me la fait à vif je recommande à celle qui veulent le faire de prendre une crème anesthésiante parce que ça fait vraiment mal sans. Je lui ai demandé si ça allait dégonfler, j’avais très peur c’était pire qu’avant ! mais il m’a rassuré et dit que le résultat final se verrai au bout de 3 mois. Je vous rassure vous pouvez reprendre les actes sexuels au bout d’un mois apparemment mais je ne l’ai pas tenté.

Je voulais savoir où tu en étais aujourd’hui après l’opération ?

Aujourd’hui tout va pour le mieux. Je ne regrette en rien mon opération ça a réglé tous les problèmes évoqués. J’en suis plus qu’heureuse.

Que voudrais tu dire aux autres filles qui se trouveraient dans ton cas avant l’opération ?

J’aimerai leur dire que si elles souffrent, si ça joue sur leur vie sexuelle, de sauter le pas, d’aller se renseigner au plus vite et tout en découlera naturellement et qu’elles n’en seront pas déçues !

Aimer son sexe, c’est important !

Un énorme merci à notre courageuse Élody pour avoir partagé son histoire. C’est un beau message de self-love qu’elle nous envoie. Il n’y a pas de sexe “normal”, l’important c’est de se sentir bien avec. Votre sexe doit vous plaire et vous procurer du plaisir, si ce n’est pas le cas, allez consulter, parlez en autour de vous, Envoyez nous un mail ! Il existe des solutions et Elody vient de nous en donner une, tout en se rappelant que c’est une chirurgie et que c’est un choix réfléchi qui doit se faire avec un médecin.

Le plaisir est un droit fondamental !

1 Comment

Leave Your Comment


© 2017 Le cul bordé de nouilles - Tous droits réservés
Design by Morgane Baisamy