Démostratif #5 : révoltes au festival des arts scéniques émergents

démostratif - le cul bordé de nouilles magazine

Du 31 mai au 4 juin, le festival strasbourgeois des arts scéniques émergents : Démostratif ; s’installe sur le campus universitaire et ses alentours pour une cinquième édition, ayant pour thématique : inévitables révoltes. La programmation y est entièrement gratuite !

Pourquoi on vous en parle ? Parce qu’il y a bien des manières de s’éduquer et de libérer la parole en matière d’intimité et de sexualité. Démostratif #5, met au devant de la scène -entres autres- les luttes qui sont les nôtres : briser les tabous et autres injonctions qui nous oppressent dans l’intimité ; veiller à une meilleure représentation des minorités ; s’inscrire dans une perspective féministe, sinon queer… Ces luttes qui respirent le rêve, parfois l’utopie. Ces luttes qui pourtant sont bien réelles ; s’inventent et se réinventent en cette fin de mai, sur les scènes pluridisciplinaires du festival Démostratif !

Festival strasbourgeois des arts scéniques émergents

© Teona Goreci

Théâtre, performance, danse, cirque, cinéma, lecture, concert, exposition ; quelle que soit votre tasse de thé, il y a de quoi vous hydrater à Démostratif! Et ce n’est pas un euphémiste. Le village du festival, situé sur le parvis de la Fac de Droit (côté campus, 22 rue René Descartes) ; vous accueille à partir de 17h en semaine et 15h le samedi, pour quelques bières et autres softs, profiter des transats au soleil et découvrir une sélection d’ouvrages dans l’espace librairie. C’est donc au cœur d’un espace convivial, propice à une rencontre culturelle inévitablement révoltante ; que Démostratif vous invite à découvrir gratuitement, les créations d’artistes émergent.e.s.x ! Vous ne le savez peut-être pas, mais c’est un vrai calvaire pour les arts émergents de ce faire une place dans le système culturel institutionnel qui est le nôtre.

Démostratif prend le contre-pied et réussi le pari de rendre cela accessible !

Pas question de laisser sur le banc de touche les amateurs.rices.x sans diplôme, les diplômé.e.s.x sans expérience ou les professionnel.le.s.x qui n’ont pas encore fait « leur preuve » : cet espace leur est dédié et pour le mieux ! Par conséquent, ce n’est pas étonnant que Sacha Vilmar, directeur artistique de Démostratif, et Anette Gillard, auteur.rice complice pour cette 5ème édition ; aient fait le choix de baser la programmation sur la thématique des inévitables révoltes. Dans le monde tel qu’il est aujourd’hui, culturellement, écologiquement, patriarcalement parlant et j’en passe ; comment ne pas se révolter ? Pour ces artistes émergent.e.s.x, la révolte devient source d’inspiration, l’inspiration devient création et la création devient pouvoir. Pouvoir de changer un tant soit peu les choses, de proposer un autre monde, certes imaginaire, mais au moins palpable le temps de 5 jours de festival.

« le festival met en rêve certaines luttes. Il place la fiction – donc
le rêve, l’imaginaire, l’espérance, la croyance – au cœur de la révolte.
Celle de l’utopie. »

Sacha Vilmar, directeur artistique du festival Démostratif

Auteur.rice complice : de quoi Anette Gillard est-iel le nom ?

© Teona Goreci

Anette Gillard, auteur.rice émergent.e, est le.la complice de cette cinquième édition de Démostratif. Pour le.la connaitre personnellement c’est un.e artiste incroyable et ses textes sont bien plus que révoltants. Ils sont d’une inévitable révolte. Conscient.e et investi.e dans la lutte queer ; contre le patriarcat et soucieux.se de remettre les pendules à l’heure des masculinistes : grâce à ses textes, nous apercevons les devenirs d’un monde où les personnes queers et les minorités de genre ont une place ! Durant le festival, iel nous propose divers moments de révolte.

NÉ.ES AVANT LA HONTE

Ce sont 3 opus de 20 minutes les 31 mai, 2 et 4 juin au village du festival. Un seul en scène accompagné d’un chœur, qui raconte l’histoire de Marie-Edwidge Bienarmé. Fille d’un grand patron qui a construit l’empire familial sur les terres colonisées par ses ancêtres ; le temps de 3 opus, Marie-Edwidge Bienarmé se révolte en reprenant l’entreprise familiale. Le moyen pour Anette Gillard de « mettre au pouvoir quelqu’un d’outsider » et de faire de Marie-Edwidge « l’archétype de notre génération, qui ne veut plus de ce système (économique, colonialiste, patriarcat, etc.) et qui veut renverser ce qu’on lui a appris ! »

VIVES, FORTES, ENSEMBLE

C’est une lecture d’un court poème dramatique qui a lieu au Magic Mirror le 3 juin. Je vous partage un extrait du descriptif de la programmation : « Pour l’amour des femmes, toutes les femmes et celleux qui ont vécu.e.s la féminité et ses injonctions. Parce qu’il est inévitable que la masculinité se déconstruise, se disloque et se transforme. Pour une révolte féministe et pour les enfants qui naîtront, un jour, sans assignation : il est temps de laisser le monde basculer. »

CARTE BLANCHE

Pour finir, Anette a réalisé un podcast dont nous ne savons que peu de chose. Mais il nous tarde de venir écouter le vent de révolte qui soufflera dans le container du village du festival, en continu le samedi 4 juin.

Nos (autres) coups de cœur à ne pas rater !

KALIKA

Sans hésiter, un de nos coups de cœur dans la programmation de ce festival, c’est le concert de Kalika ! Le vendredi 3 juin à 21h30 sur le village du festival ; cette jeune artiste féministe de 22 ans et ses histoires d’amour et de sexe électro-pop et décomplexés vont mettre le feu sur la scène ouverte ! À ne surtout pas manquer !

LES 12 TRAVELOS D’HERCULE

les 12 travelot d'hercule - Le cul bordé de nouilles
© Les 12 travelos d’Hercule

Aussi, nous vous conseillons vivement Les 12 travelos d’Hercule, collectif et cabaret Drag-Queen. Un spectacle qui se revendique avant tout comme un moment de joie, de fête et de divertissement ; mais qui pourrait bien vous surprendre avec son arrivé fracassante de motard travelos dans une église. Rendez-vous donc, à l’église saint guillaume , le jeudi 2 juin à 21h30 ; pour chanter haut et fort le ras-le-bol de notre société hétéro-patriarcale !

DANS MON DESSIN

© Collectif Offense

Enfin, nous vous invitons à aller voir Dans mon dessin du Collectif Offense le 2 juin à 19h30 à la salle évolution. Un spectacle à l’image d’un portrait intime, qui nous permet de questionner les rapports qui l’on entretient avec notre corps, avec notre genre, mais également envers l’altérité. Dans mon dessin est une performance multimédia, dans laquelle Jenny questionne sa transition de genre. Elle raconte : ses peurs, ses joies, sa force et sa colère, la mémoire de ces paires assassinées. Autant de sujets auxquelles nous devons nous confronter pour créer un monde plus inclusif, plus éducatif, plus viable !


Le Cul Bordé de Nouilles a pris la décision de couvrir l’évènement. Alors pour finir, restez attentif.ve car chaque jour durant le festival nous publierons un nouvel article !

En espérant vous y croiser,

à très vite pour ces inévitables révoltes !


Informations pratiques du festival Démostratif

du 31 mai au 4 juin
Sur le campus de l’Esplanade et à la Krutenau
Entièrement gratuit
Le site internet, La programmation, La billetterie

L'incarnation du magazine, avec sa propre personnalité, ses propres aventures et ses propres récits. Il est libre, ouvert et souvent incorrect. Derrière lui se cache tout.e.s les rédactr.ices.eurs qui ne veulent pas donner leurs identités lors de certaines histoires. Il est la liberté d'être ce qu'on veut à jamais : Épanoui et en train de manger des pâtes !

Leave Your Comment


© 2017 Le cul bordé de nouilles - Tous droits réservés
Design by Morgane Baisamy