Les nanas badass’: Cléopâtre

Dans ce second article des nanas badass’ de l’Histoire, nous allons découvrir la femme dont le nom évoque celui de la dernière reine d’Égypte Antique :

Cléopâtre

Issu du grec, ce nom signifie « gloire, renommée, réputation », termes qui quelque part, seront représentatifs du personnage, tel un destin qui lui est attribué et fera qu’elle devienne une des femmes les plus influentes de l’Histoire. Cléopâtre est la dernière reine pharaon de la dynastie macédonienne de Ptolémées Lagides. Férue de sciences, de lettres, elle maîtrisait plusieurs langues tout en étant d’une grande beauté ainsi que d’une grande intelligence accompagnée d’une culture raffinée.

La tradition exige que deux personnes, un homme et une femme dirigent l’Égypte ensemble. Lorsque sa mère décède prématurément, son père décide qu’elle règnera avec lui afin d’acquérir l’expérience politique nécessaire et la préparer à devenir reine. Son père décède quelques années plus tard et ainsi, elle lui succèdera. Cette même tradition exige qu’elle épouse son premier frère de dix années son cadet qui décèdera quelques années plus tard. Elle se verra obligée d’épouser alors, son second frère. Ce dernier s’est allié avec Jules César, empereur Romain, dans le but de lui subtiliser le trône et ainsi obtenir la totalité des pouvoirs politiques qui l’accompagnent.

Évidemment, elle ne va pas se laisser faire. Pour commencer, avec l’aide de ses domestiques, elle va s’enrouler dans un tapis à destination de la chambre de César qu’elle décide de rencontrer en personne afin de le charmer et le séduire. Elle y parvient aisément et en fait un allié qui lui accordera la légitimité du trône à la suite de l’assassinat qu’elle a orchestré contre son frère. Et oui, il ne fallait pas la chercher. De cette union politique, naîtra un premier enfant, Césarion. Cette union sera fortement mal perçue par l’ensemble de Rome, qui qualifiera Cléopâtre de « reine putain » car ils estiment qu’elle a trop d’ambition, d’intérêt pour la politique de Rome et qu’elle influencerait César dans ses choix.

D’ailleurs, il lui a érigé une statue à son image dans le temple de Vénus. Ce qui n’est pas très appréciée des populations Romaines qui considèrent cette statue comme une offense religieuse car dans leur culture, contrairement aux Égyptiens, les Pharaons ne sont pas considérés comme des Dieux.

Il finit par être assassiné, résultat d’un complot de sénateurs romains protestant son pouvoir. Cléopâtre ne peut se passer du soutien de Rome, de sa puissance ainsi que de sa protection. Elle s’en va donc séduire Marc-Antoine, successeur de César qui se prenait pour Dionysos, un Dieu ancien. Lors de leur rencontre, elle s’est déguisée en Aphrodite et ne l’a pas laissé indifférent : Marc Antoine a omis une invasion afin de passer du temps avec elle. Plutôt bien joué. Elle appuie son influence envers Rome grâce à Marc Antoine qui est fou amoureux d’elle, avec qui elle aura quatre enfants. Les sénateurs de Rome remarquent cette dépendance politique, cette influence par une femme qui prend de plus en plus place, c’était inacceptable.

Antoine met quatre ans à revenir à Alexandrie, auprès de notre reine favorite, qu’elle convainc de rester afin de fonder un empire oriental rival de Rome. Il accepte, mais s’en est trop. Rome envoie Octave, qui défait les deux amants lors d’une bataille navale. Concrètement, Octave exécute les quatre enfants, Antoine se suicide car Cléopâtre fait croire par ses domestiques qu’elle est morte et Octave refuse ses avances. Elle décide ainsi de mettre fin à ses jours par fierté, contestation et refus de tomber entre les mains des romains. Femme badass’ oblige, elle n’a pas choisi la mort la plus douce : un serpent lui infligera une morsure mortelle, lente et douloureuse.

Concrètement, pourquoi est-ce qu’on l’aime ?

Des siècles après son histoire, Cléopâtre continue de fasciner l’imaginaire mondial. Elle est fantasmée, dépeinte à travers de nombreux mythes, des peintures à travers sa mort ainsi que par sa beauté qui serait inqualifiable. On ne sait pas ce qui est vrai ou pas, d’ailleurs chez Le Cul, nous ne sommes pas historiens, alors mea-culpa sur la véracité absolue des informations, on vous offre les légendes qui nous font rêver. #coeur

De plus, elle est la dernière pharaone, femme cultivée, politique, instruite et une des premières à asseoir cette même autorité, la légitime à travers des actes comme l’assassinat de son frère par exemple, et même, sa propre mort. Elle n’hésite pas à user de ses atouts, ses talents, ses charmes, qu’ils soient intellectuels, physiques ou sexuels afin de parvenir à ses fins. Elle est une des premières femmes à se soulever contre les traditions dynastiques dîtes « de sang-pure » et fait preuve de manipulation afin d’être plus puissante. Saviez-vous d’ailleurs, que bon nombre d’hommes étaient prêt à payer le prix de leurs vies au levé du soleil après avoir passé une nuit avec elle ? #sexygirl

Vous pouvez retrouver la dernière nana badass’ de l’Histoire ici !

Leave Your Comment


© 2017 Le cul bordé de nouilles - Tous droits réservés
Design by Morgane Baisamy